aller au contenu
 
Député de la 5ème circoncription des Français de l'étranger
Andorre, Espagne, Monaco & Portugal
 

Communiqué de presse Arnaud Leroy sur le contrat ECOMOUV'

Paris, le 05 novembre 2013 

COMMUNIQUE DE PRESSE

M. Arnaud LEROY

Député de la 5ème circonscription des Français établis Hors de France

Secrétaire de la Commission Développement Durable et Aménagement du Territoire

Président du Groupe d’étude sur les changements climatiques

-

Alors que les ténors de la droite se nourrissent du mouvement social en Bretagne, aucun d’entre eux n’accepte de porter la responsabilité du contrat signé avec Ecomouv’, cette société chargée de récolter cette écotaxe tant décriée.

On évoque 20% de frais de fonctionnement pour cette société, alors que les autres contrats PPP (Partenariat public-privé) rapportent en moyenne moins de 3%.

Il ne pourrait s’agir là que d’une grossière erreur, mais à cela il faut ajouter que la signature du contrat est antérieure à la promulgation de la loi (décret pour l’application de l’écotaxe signé le 6 mai 2012, jour du second tour de l’élection présidentielle), et que se dédire de ce contrat coûterait 800 millions d’euros.

Que faire de ce constat si ce n’est penser que les conditions extravagantes de cet accord sèment le doute sur la bonne foi des parties alors aux responsabilités lors du précédent quinquennat. Encore un exemple du manque de rigueur budgétaire du précédent gouvernement qui a laissé une ardoise de près de 600 milliards de dettes supplémentaires aux finances françaises. Combien reste-t-il encore de cadavres budgétaires et financiers dans les tiroirs de la République ? C’est aussi cet inventaire là que la droite devrait mener !

La suspension de l’écotaxe porte un mauvais coup à la fiscalité écologique et au financement d’infrastructures dont le pays a besoin dans son combat pour la compétitivité.  Malgré les difficultés, le débat sur le coût et le recouvrement des externalités environnementales du transport routier ne peut être occulté. Avec ou sans l’écotaxe,  il doit rester une priorité.

 

Arnaud Leroy

breve - travail_parlementaire
06/11/2013