aller au contenu
 
Ancien député de la 5ème circoncription des Français de l'étranger
Andorre, Espagne, Monaco & Portugal
 

Communiqué de presse: Déclaration de José Manuel Barroso

Paris, le 25 juin 2013 

COMMUNIQUE DE PRESSE

M. Arnaud LEROY

Député de la 5ème circonscription des Français établis Hors de France

Membre de la commission des affaires européennes

La comparaison douteuse effectuée lundi 24 juin par le Président de la Commission, José Manuel Barroso, démontre une nouvelle fois le décalage, pour ne pas parler de ravin, qui le sépare des citoyens de l’Union européenne. Il n’est d’après lui plus possible d’avoir un œil critique sur la politique de la Commission sans porter le discours de l’extrême droite. Taxer ceux qui osent s’opposer à sa vision de l’Europe de « souverainistes de gauche » relève de la plus grande bêtise.

Qu’a-t-il fait, depuis dix ans, pour se permettre une sortie si agressive ? N’est-il pas le dirigeant d’un exécutif européen constamment rabaissé au second rang par les autres institutions alors que la Commission garde le monopole de l’initiative législative ? Où sont les propositions visant à projeter l’UE et son peuple dans l’avenir ? JM Barroso est simplement le « cost-killer » en chef d’un projet qu'il ne comprend pas.

A l’heure où les populismes mènent l’assaut de l’idéal européen et remettent en cause la perspective même d’une aventure commune, les œillères de M. Barroso lui interdisent de comprendre le désarroi, la colère et l’envie de changement qui habitent ses concitoyens. Seul rescapé politique du sommet des Açores, M. Barroso incarne une Commission européenne sans ambition ni imagination, et sourde à l’angoisse d’un nombre croissant de nos concitoyens quant à l’avenir du continent. Ils seront invités à se servir des élections de mai 2014 comme d’un défouloir. L’Europe n’a pas besoin de cela. Elle mérite, à notre sens, beaucoup mieux.

Arnaud Leroy

Espagne - Portugal - commission affaires européennes - travail_parlementaire
25/06/2013