aller au contenu
 
Ancien député de la 5ème circoncription des Français de l'étranger
Andorre, Espagne, Monaco & Portugal
 

Mittal : le projet ULCOS, un devoir d'avenir.

Présent à Doha afin de participer à la conférence de l’Onu sur le climat, la COP 18, je note l'urgence de faire évoluer notre outil industriel. L’objectif est de le rendre compatible avec les normes climatiques, ces normes qui deviennent de plus en plus contraignantes. 

Alors que l'avenir du Protocole de Kyoto s'écrit dans la difficulté, le groupe Mittal a déclaré renoncer au projet ULCOS, pour cette année 2012. Est-ce un nouveau reniement ? Nous ne pouvons prendre une nouvelle fois le risque d'attendre le pire pour réagir. En effet, ce démonstrateur pour la capture de CO2 sera un atout majeur pour le devenir de la sidérurgie en France et en Europe. Ce projet vise également, en produisant de l'acier tout en limitant les émissions, à garantir l'indépendance stratégique de l’Union européenne dans son approvisionnement.  

Nous ne pouvons faire évoluer ce secteur au gré des annonces du Groupe Mittal. La visibilité et la confiance sont les caractéristiques essentielles pour l'avenir du site de Florange et de la sidérurgie dans notre pays. Elles permettront également d’assurer une transition écologique et énergétique par une mutation de notre appareil productif. A cette fin, je demande la mise en place urgente d’une commission tripartite composée du Gouvernement, des salariés de Florange et du groupe Mittal pour s’assurer de la mise en œuvre complète des accords et notamment de la poursuite du projet ULCOS.

 

                                                                                                                      Arnaud LEROY

06/12/2012
breve - durable - travail_parlementaire - tribune