aller au contenu
 
Ancien député de la 5ème circoncription des Français de l'étranger
Andorre, Espagne, Monaco & Portugal
 
27/11/2015

La COP 21 vue depuis l'Assemblée nationale

A la veille de la COP 21, la France et l'ensemble des pays du monde vont devoir trouver un accord universel et mettre en place des solutions contre les effets du changement climatique. J'ai souhaité, dans cette tribune, souligner les enjeux fondamentaux auquel l'accord final devra répondre. Le texte paru dans le dernier numéro de la Revue du Trombinoscope est disponible ci-dessous (cliquez sur l'image pour agrandir l'article).

TRIBUNE

Malgré l’horreur du 13 novembre, la COP21 se déroulera dans quelques jours. Le président Hollande a eu raison de réaffirmer l’ambition de la France sur ce sujet vital pour l’avenir de l’Humanité. Ne nous trompons pas sur l’importance et l’urgence de l’action climatique. Oui, il s’agit cette fois de la survie de notre espèce, l’Homme, sur une planète qui, elle, s’adaptera. Les attentes sont nombreuses, sont-elles toutes réalistes ?

La France en sa qualité de pays hôte de cette Conférence des parties aura mis son poids, sa capacité diplomatique, durant quatre ans, au service de cette noble cause, en tirant les leçons des insuffisances de Copenhague, notamment quant à l’impli­cation des chefs d’État et de Gouvernement, qui seuls peuvent trancher et ainsi construire le compromis nécessaire pour que le texte final soit accepté par tous. Nous pouvons et devons en être fiers.

Rapporteur du suivi des négociations, je suis optimiste sur l’issue de la Conférence et sur des solutions pragmatiques, qui prennent en considération les législations nationales déjà exis­tantes et mises en place à travers la planète et dont on retrouve la logique dans les INDCs1. Les pas effectués par la Chine ou le Brésil concernant une inflexion dans la notion d’approche diffé­renciée sont aussi les bienvenus.

Je suis optimiste également en constatant une évolution à de nombreux niveaux. Aux niveaux des villes, métropoles qui, par leur capacité d’action et leurs concentrations de population, sont une force importante pour une action climatique. Il en va de même pour une partie des entreprises, la multiplication des initiatives, notamment sur le débat du prix carbone, démontre qu’une partie croissante du secteur privé, y compris dans le domaine financier, se voit contraint de réfléchir à sa stratégie et ses actions pour prendre en considération le défi climatique. Je suis optimiste aussi car la mobilisation dans la société civile n’a pas faibli, elle a même pris une dimen­sion nouvelle dans certains États comme la Chine ou l’Inde, victimes d’une grave pollution atmosphérique, conséquence du manque de politique de transport public et de choix énergétiques basés sur le charbon. Enfin, je suis optimiste car les technologies, dans le domaine de la production d’énergie renouvelable (solaire principalement) ou de l’efficacité énergétique, sont beaucoup plus abordables qu’en 2009.

Beaucoup de chemin reste à parcourir, notamment pour sacraliser le financement du fonds vert à hauteur de 100 milliards annuellement, ou encore sur le transfert de technologie.

La France a fait ses « devoirs » avec la loi sur la transition énergétique, le déve­loppement de stratégie bas carbone, ou encore avec la révision de son plan d’adaptation au change­ment climatique. Nous n’aurons pas à rougir cette fois-ci du manque d’ambition à l’échelle nationale, et cela jouera aussi dans le crédit en faveur de notre pays pour arracher des efforts à d’autres au moment de la décision politique.

Et demain ?

Il est nécessaire de rappeler que la COP21 est le temps 1 de la société bas carbone qui doit se dessiner si nous voulons éviter une hausse de la température supérieure à 2° C d’ici 2100. Il est tout aussi important de souligner qu’il faut agir avant 2020, nous ne pouvons perdre cinq ans en attendant la mise en œuvre du texte issu de la Conférence de Paris.

 

  1. Contributions décidées au niveau national, remises en amont de la COP21
durable - pointdevue - travail_parlementaire - tribune