aller au contenu
 
Député de la 5ème circoncription des Français de l'étranger
Andorre, Espagne, Monaco & Portugal
 

Pacte de responsabilité : Une volonté forte et des mesures pour l’emploi

Lors de ses vœux aux Français, le président de la République a proposé un « pacte de responsabilité » aux entreprises pour le début de l’année 2014. Il s’agit là d’un signe fort proposé par François Hollande.

L’objectif est clair : proposer une baisse des charges aux entreprises, dont les modalités doivent encore être définies, en contrepartie d’une augmentation des embauches et d’un renforcement du dialogue social.

Deux hypothèses sont avancées pour compenser la baisse de revenus des charges des entreprises : D'abord, la compensation de la baisse de charges par d'autres prélèvements comme la TVA ou la CSG ; la seconde piste consiste à compenser la perte de recettes générée par une baisse des dépenses publiques.

Cette proposition et ce discours engagé sont des exemples concrets de l’engagement ferme du président de la République, du gouvernement et du parlement, en faveur de la lutte contre le chômage. Car oui, les entreprises sont un élément essentiel de cette bataille difficile et ce sont elles qui détiennent la clé des embauches nouvelles. Les chiffres du mois de novembre 2013 n’ont pas été à la hauteur des attentes, cependant les premiers signes encourageants sont présents : baisse du chômage chez les jeunes, baisse des demandeurs d'emploi de catégorie B et C (ayant exercé une activité réduite).

Le pacte proposé reposera sur 3 piliers essentiels : une révision de la fiscalité des entreprises, une baisse des charges sociales et une simplification des obligations administratives.

Un consensus utile se dégage autour de cette réforme structurelle importante. Medef, CGPME et les principaux syndicats de salariés (CFDT, CFTC, CGC)  se sont montrés attentifs et intéressés par cette annonce. Là encore, c’est en associant l’ensemble des partenaires à la préparation de ce pacte qu’un accord élargi pourra aboutir. Par l’écoute de tous les partenaires, c’est un accord gagnant-gagnant qui se profile.

François Hollande annonce ici une politique structurée et courageuse qui bénéficiera tout autant à l’emploi qu’à la compétitivité des entreprises. Les mesures d’aides en faveur aux entreprises ne doivent pas être un chèque en blanc mais doivent permettre de favoriser l’emploi, d’augmenter l’investissement, et donc d’améliorer la qualité du travail en France. Il fallait sortir des mesures aux portées limitées et des rustines économiques inutiles. C’est désormais chose faite. Je m’en félicite.

 

Arnaud Leroy

 

actualite - breve - travail_parlementaire
07/01/2014