aller au contenu
 
Député de la 5ème circoncription des Français de l'étranger
Andorre, Espagne, Monaco & Portugal
 

Rumeur, rue et report, ou la théorie des R

Si Alain Rey officiait encore sur France Inter, plusieurs chroniques auraient pu être consacrées àla lettre R. La série débuterait ainsi avec le terme rumeur : la théorie du genre envahit les écoles de France, la gauche irait jusqu’àapprendre aux enfants de maternelle àse masturber.

L’école de la République a un modèle ambitieux mais fragile : elle doit rester un lieu de transmission des savoirs, le creuset du vivre ensemble et elle doit aussi redevenir la première marche de l’escalier de l’ascension sociale. C’est ce modèle qu’en tant qu’élu je défendrai inlassablement contre toute tentative d’agression et de parasitage, surtout dans ce moment fragile de refondation.

Répétons-le une fois encore: la théorie du genre n’est en rien enseignée dans nos écoles. Cette rumeur est une fabrication des obscurantistes qui jouent des effets de propagande. L’ABCD de l’égalité (http://www.cndp.fr/ABCD-de-l-egalite/accueil.html), en test dans 600 écoles de France, enseigne aux plus jeunes l’égalité entre garçons et filles et donc entre hommes et femmes. Cet enseignement est fondamental car il inculque les notions d’égalité et de respect dès le plus jeune âge. Alors que nous vivons dans un monde toujours plus complexe, qui met à mal le “vivre ensemble”, ces valeurs ont, plus que jamais, leur place à l’école. Il est donc important de rétablir la vérité afin de prolonger cet enseignement dans la sphère familiale — et donc en lien avec les parents.

Le second R concerne le Report. La reconduction de la loi famille est-elle dramatique ? Non: le mandat court jusqu’en 2017, cette « loi famille »sera adoptée avant la fin du quinquennat. Le choix du moment de ce report est, quant àlui, plus hasardeux. Je le regrette. Après deux semaines consécutives de manifestations hostiles, on laisse penser que les défilés de rue peuvent imposer leur opinion et cela me désole d’un point de vue de la démocratie représentative. Qu’on entende des revendications, oui, que l’on discute afin d’élaborer un compromis, très bien. Qu’on laisse penser qu’on se dégonfle, que l’on tergiverse sur nos valeurs, non.

Mais au fait, un compromis sur quoi ? La GPA telle que présentée par les manifestants dimanche dernier. La loi n’en traitera pas. Ceci est interdit par le droit français et le restera. Or il faudra bien se pencher sur le statut des enfants nés de cette pratique

Quant àla PMA, il faut en discuter, et continuer le processus d’égalitéenclenchéavec le mariage pour tous. C’est d’égalitédont il s’agit. La PMA est reconnue par notre droit, autorisée et encadrée. Un avis, de nature consultative, a été demandé à notre conseil national d’éthique sur cet élargissement, qui devrait se prononcer dans le courant de l’année 2014. Il est donc sage d’attendre jusque-là.

La loi famille ne s’arrête pas àces deux composantes. De nombreux autres aspects permettront de répondre enfinàla multitude de questions juridiques qui restent aujourd’hui sans réponse. En l’état, le droit de la famille reflète une conception de la famille d’un autre âge qui englobe de moins en moins de situations vécues. La réponse de la ministre Bertinotti est dans ce sens éclairante et je vous invite àla consulter.

Lorsque j’étais étudiant en droit, nos professeurs de droit de la famille nous disaient déjà que ce droit est en retard sur la société. Devenu législateur que je constate que la frilosité reste de mise, j’ose espérer  que cela n’est en rien immuable.

 

Arnaud Leroy 

pointdevue - travail_en-circonscription - travail_parlementaire - tribune
11/02/2014