aller au contenu
 
Député de la 5ème circoncription des Français de l'étranger
Andorre, Espagne, Monaco & Portugal
 

Conférence environnementale: des engagements forts

A un an de la COP 21 de Paris, le gouvernement a réaffirmé sa volonté de faire de la protection de l’environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité par l’organisation de la troisième conférence environnementale qui  a eu lieu le 27 et 28 novembre 2014.

Pour l’édition 2014, 3 tables rondes se sont tenues, l’une sur le climat, une autre sur les transports et enfin une dernière sur la santé-environnement. Ces tables rondes ont permis de rassembler l’ensemble des parties prenantes du Comité National de la Transition Energétique soit parlementaires, syndicats, représentants des employeurs et associations ainsi que les membres du gouvernement.

Il s’agissait pour les participants de travailler sur 159 propositions d’importance variable, attendant l’arbitrage du gouvernement.

Le Premier ministre devrait présenter la feuille de route en janvier 2015 reprenant les propositions arbitrées lors des 3 tables rondes lors d’un comité interministériel.

Certains sujets ont fait consensus dans les tables rondes dont notamment celle sur le climat où  Arnaud Leroy était présent. Tous les acteurs étaient d’accord pour relancer le Comité pour la Fiscalité Ecologique (CFE), accompagner des initiatives du secteur de la fiance climatique (obligations vertes et titrisation des prêts verts) et présenter des conclusions de la conférence bancaire et financière d’ici la fin de l’année 2014.

Le moment fort de la Conférence environnementale reste sans doute le discours du Président de la République dans lequel il a fait de grandes annonces :

  • Mobilisation nationale pour la réussite de la COP 21 en faisant du climat une grande cause nationale
  • Suppression des crédits finançant des projets de centrale à charbon en France et à l’étranger si tant est qu’un projet de captation et séquestration du carbone n’y soit pas adossé (alignement sur la position de certaines institutions comme la Banque mondiale et de certains pays parmi lesquels les USA, la Grande-Bretagne et encore les Pays-Bas)
  • Suppression des subventions aux fossiles au niveau européen (engagement pris par la France comme par de nombreux autres pays européens dans différentes enceintes internationales)
  • Création de 15000 emplois d’avenir dans le secteur de la croissance verte
  • Dédier une large part des investissements du Plan de 350 Mds € de Juncker vers la TEE (transition écologique et énergétique)

Les annonces faites lors de la Conférence environnementale 2014, dernier grand évènement avant la Conférence sur le Climat de 2015, nous montrent l’ambition de la France d’être un exemple en la matière.

breve - durable - travail_parlementaire
12/12/2014