aller au contenu
 
Ancien député de la 5ème circoncription des Français de l'étranger
Andorre, Espagne, Monaco & Portugal
 

La nécessaire réaffirmation du droit fondamental de l’IVG

La présentation d’une résolution réaffirmant le droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en France a été largement plébiscité par l’hémicycle mercredi 26 novembre avec 143 voix exprimées sur 150.

Quarante ans après la victoire de Simone Veil face à un hémicycle invectif, le droit à l’avortement reste fragile.

Les récentes remises en cause en Europe rappellent l’importance de la mobilisation pour le droit à la santé, pour le droit des femmes à disposer librement de leurs corps et pour l’accès universel à la planification familiale.

En effet, dans de nombreux pays, la situation en matière d’avortement est à améliorer. C’est le cas de la Pologne, de l’Irlande, du Luxembourg, de Chypre ou encore de Malte. Ces pays n’ont pas encore adopté de législation favorable dans ce domaine.

D’autres pays ont même souhaité faire machine arrière en revenant sur ce droit déjà acquis. Je fais référence ici au gouvernement espagnol qui a voulu revenir sur ce droit en le réduisant considérablement. Heureusement, cette tentative a été soldée par un échec cuisant suite à une opposition massive des Espagnols.

Il faut rappeler que le droit à l’avortement va de pair avec le droit de disposer de son corps, et de prendre librement des décisions autonomes sur sa santé, sans crainte de discriminations, de violences, de coercitions. Il s’agit ici de droits fondamentaux à défendre. Ils impliquent en particulier l’accès aux services de santé ; à une information accessible de qualité ; aux méthodes modernes de contraception ; et à un avortement sûr et légal. Ils ont un impact positif sur l’éducation, l’émancipation et l’autonomie financière des femmes, l’égalité femmes-hommes, la santé, et le développement économique et social.

C’est dans cette continuité et cohérence que notre majorité au pouvoir depuis 2012 a constamment apporté sa pierre à l’édifice en permettant un remboursement à 100% de l’IVG, la gratuité de la contraception pour les mineurs ainsi qu’un meilleur référencement Internet des sites d’information officiels.

Par cette résolution, la France réaffirme son engagement à défendre et promouvoir l’accès sûr et légal à l’avortement, et à faire progresser les droits des femmes dans l’ensemble de nos sociétés, en France, en Europe et dans le monde.

Andorre - Espagne - Monaco - Portugal - travail_parlementaire
10/12/2014